logo de la volte   logo facebook   logo twitter   logo share  
 
a paraitre
titre du livre

Ceci est l'histoire d'un monde
qui pourrait être le nôtre

Depuis l’instant où apparaît la vie sur cette planète bleue, dans la moiteur des mares et des étangs, jusqu’au moment où le feu nucléaire menace d’emporter la civilisation qui a fini par se développer à sa surface, voici contée l’histoire de Shikasta, jadis riche et florissante, désormais stérile, inhospitalière, « blessée à mort » – mais qui ne demande qu’à renaître.
Shikasta ? Un monde sur le berceau duquel se sont penchés deux empires galactiques antagonistes, Canopus et Sirius, qui au terme d’une guerre sans merci s’en sont partagé les terres pour chacun de son côté y conduire des expériences évolutionnaires. Et c’est du point de vue des émissaires de Canopus, venus rendre compte des résultats de ces manipulations à l’échelle d’une planète, que va nous être narré le destin tragique de l’humanité – celle de notre Terre.
Au fil d’une édifiante succession de textes de formes diverses – rapports, lettres, documents d’archive, le poignant témoignage d’une jeune Shikastienne…, se réécrit sous nos yeux le (véritable ?) récit de l’aventure humaine, les tâtonnements, accomplissements et erreurs d’une espèce faillible guidée sans le savoir par des puissances qui la dépassent ; des puissances dont la rivalité risque de mettre un terme prématuré à l’expérience Shikasta, déjà mise à mal au fil des siècles par les errements de primates peut-être devenus trop intelligents pour leur propre bien…

 
couverture du livre Shikasta

« Shikasta est à la fois une brève histoire du monde, un brûlot contre les instincts mortifères de l’humanité, une ode aux beautés qu’on trouve sur cette Terre et un hymne à la musique des sphères »
Time

 

Canopus dans Argos

logo de canopus

Si D. Lessing avait initialement prévu d’offrir avec Shikasta un récit auto-suffisant, un genre d’histoire secrète de l’humanité, le concept de civilisations extraterrestres suffisamment avancées pour influer sur le destin d’une planète entière l’a fascinée au point qu’elle est ensuite revenue à quatre reprises dans l’univers de Canopus dans Argos - romans que la Volte publiera.

Brassant avec talents le mythe, la fable et l’allégorie, fortement inspirée par le soufisme, Doris Lessing signe avec Canopus dans Argos : Archives – qu’elle considérait comme un des sommets de son œuvre littéraire – un véritable opéra spatial questionnant la nature même de ses congénères, leur rapport à des notions aussi fondamentales que la sexualité, la politique, la mortalité ou la transcendance.

 

Shikasta de Doris Lessing
Roman traduit de l’anglais par Paule Guivarch
Littérature étrangère
Isbn = 9782370490292
Parution le 15 septembre 2016
Livre broché - 416 pages - 20 euros
Diffusion CDE
lavolte@lavolte.fr

 

« J’aimerais tellement que critiques et lecteurs puissent considérer cette série, Canopus dans Argos : Archives, comme un cadre me permettant de narrer une ou deux histoires que j’espère envoûtantes ; de poser des questions, tant à moi-même qu’à autrui ; d’explorer tout un panel d’idées, diverses hypothèses sociologiques. »

portrait de Doris Lessing

Née en 1919, en Perse (l’actuel Iran), Doris Lessing a suivi ses parents en Rhodésie du Sud dès l’âge de six ans, pour y rester jusqu’en 1949, où elle partira s’installer en Angleterre, riche d’une expérience singulière qui forgera sa conscience politique et servira de base à l’ensemble de son œuvre littéraire. À partir des années 70, D. Lessing va commencer à s’éloigner des rives du pur réalisme pour aborder celles d’une littérature plus allégorique, d’utiliser l’imaginaire comme un moyen de pointer du doigt les dérives et dysfonctionnements des sociétés humaines. Auteur d'une œuvre aussi considérable que protéiforme, Lessing s’est vue attribuer en 2007 le prix Nobel de littérature.

Pour demander un service de presse ou toute autre information: lavolte@lavolte.fr

  logo facebook   logo twitter   logo share